contrelaxenophobie

Une cinquantaine de CRS dans le camp de Roms de Triel-sur-Seine

In Revue de presse on août 20, 2010 at 17:14

L’échéance d’une expulsion se rapproche pour le camp de Roms implanté à Triel-sur-Seine. Hier matin, les obligations qui résultent de leur situation ont été signifiées aux occupants.

«Les gens du camp ont eu très peur en voyant le dispositif. Beaucoup de femmes et d’enfants pleuraient. » Michel Mallet, membre du collectif de soutien aux Roms de Triel-sur-Seine, était présent hier matin à 7 h 30, lorsqu’une cinquantaine de CRS et des agents de procédure sont arrivés sur place pour notifier aux occupants leurs différentes situations et les obligations légales qui en résultent.

« Depuis le passage de la police la semaine dernière pour relever toutes les identités, le collectif organise des présences de nuit sur le camp. C’était ma première veille », explique le militant. Cette opération fait suite au passage de la police nationale le 12 août pour « procéder à l’examen individuel de la situation des 37 adultes et de leur famille », comme on le précise du côté de la sous-préfecture de Saint-Germain-en-Laye.

Pour Philippe Court, sous-préfet, la situation est sans ambiguïté : « Je l’ai toujours dit, ce camp n’a pas vocation à perdurer. Les familles qui s’y trouvent sont, pour la plupart, dans une double illégalité. D’abord, elles occupent un terrain privé, et les propriétaires ont le droit de le récupérer. Ensuite, la majorité de ces familles est en situation irrégulière et ne peut pas rester sur le territoire français. » Pour les trois familles qui sont en situation régulière, l’état a d’ores et déjà réservé des nuits d’hôtel dans les communes avoisinantes pour « quelques jours ».

Cette solution se transformera progressivement en logements dans des centres d’hébergement social pendant plusieurs mois avant « une solution de logement pérenne ». Pour les autres cas, environ 16 familles, Philippe Court rappelle que « l’offre d’aide financière au retour volontaire est toujours valable », même si pour l’heure aucun Rom ne l’a encore acceptée. Cette aide financière est d’environ 300 € par adulte et 100 € par enfant.

Il reste que, lors de cette opération, 11 personnes demeurent introuvables. Sur le camp, on explique que certains hommes, afin d’éviter le regroupement de leur famille en vue du départ lors de l’évacuation du camp, partent se cacher dans les champs pour y dormir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :