contrelaxenophobie

Une militante des droits des Roms en grève de la faim hospitalisée

In Uncategorized on octobre 3, 2010 at 19:22
Nancy Bernad a été hospitalisée ce jeudi 30 septembre au CHU de Saint-Etienne. Cette stéphanoise de 54 ans a cessé de s’alimenter depuis le 13 septembre pour « défendre jusqu’au bout le respect des droits et de la dignité des citoyens de la communauté Rom ».

L’Observatoire des pratiques communales vis-à-vis des roms et « gens du voyage » signale qu’il a été saisi du cas de la mairie de Saint-Etienne, de « gauche », dont la politique, plus qu’ambigüe, laisse largement à désirer. Il est bien possible que cette mauvaise volonté des autorités municipales de la commune où réside Nancy Bernad ait participé à sa détermination à dénoncer le scandale du racisme d’État instauré par le président de la République et mis en œuvre par son gouvernement et les Préfets. Lorsque les pouvoirs politiques locaux agissent à l’unisson de la xénophobie d’État, le tableau est, en effet, particulièrement désespérant. Et on comprend la révolte de cette dame qui se déclare en « grève de la vie » tant que cette politique n’aura pas changé.
Le Collectif contre la xénophobie suggère que cette grève de la faim puisse être soutenue et relayée par des jeûnes de protestation, ainsi que quelqu’un en a déjà pris l’initiative à Nevers [voir ci-dessous la scandaleuse désinformation qui entoure cette action]. L’objet d’un tel mouvement pourrait être, de manière générale, contre les politiques racistes – à l’heure où de nombreuses dispositions de la loi de sécurité intérieure (LOPPSI 2) sont explicitement instaurées contre les roms et « gens du voyage », de même que la loi Besson sur l’immigration contient de même bien des mesures brutalement xénophobes et racistes, telle la monstrueuse pénalisation des mariages dits « gris ».

Fille d’un hongrois naturalisé français après la Seconde guerre mondiale, Nancy Bernad dénonce notamment les mesures discriminatoires prises à l’encontre des Roms en France. Par ailleurs, elle avait déjà envoyé une lettre au Président de la République dans laquelle elle demande « l’abolition complète de toutes les lois ségrégationnistes françaises, à l’encontre de la communauté Rom, citoyens européens« .
Nancy Bernad a été admise jeudi soir aux urgences fonctionnelles de l’hôpital à la demande de son médecin qui a constaté une dégradation de son état de santé, notamment une insuffisance rénale. Malgré cela, elle compte toujours continuer son action. « Je refuse toujours de m’alimenter et je n’y accepterai que les perfusions« , a-t-elle indiqué quelques heures avant son hospitalisation.

[Source : linfo.re]

Malgré des analyses de sang très mauvaises liées à un problème de reins, la militante continue à boire que de l’eau, des tisanes et du décaféiné. Elle a de plus en plus de difficulté à se mouvoir. Une infirmière qui devait la mettre sous perfusion cet après-midi n’a même pas réussi à la piquer. D’autres analyses devront être réalisées dans les prochaines heures. Si son état de santé se dégrade encore, la question de l’hospitalisation va être rapidement posée.

Elle est pourtant heureuse, persuadée que son combat n’est pas vain. Le groupe Facebook qui a vu le jour pour la soutenir compte aujourd’hui presque 1000 membres. L’un d’eux, domicilié à Nevers, par geste de solidarité, a même fait une grève de la faim de quelques heures. [Rectificatif : Le Progrès donne ici une fausse information. Vérification faite, le deuxième gréviste de la faim, Roland Denis, a engagé son mouvement depuis le 27 septembre, et le poursuit, ce 3 octobre, depuis une semaine maintenant, et entend le poursuivre encore. Notons que c’est la seule mention qu’on ait trouvé de cette action explicitement solidaire de celle de Nancy Bernad, dans les quelques articles à son sujet qu’on a pu compiler ici. Une seule mention – et mensongère. Hormis un article dans Elle, on n’aura trouvé d’informations sur cette grève de la faim que dans la presse régionale ! Au stade de l’hospitalisation, l’action plus qu’émouvante et digne de cette dame, n’a toujours pas mobilisé l’attention des médias nationaux – alors que c’est bien d’un débat national qu’elle s’est saisie. Le fait que l’action de cette citoyenne ait pu provoquer une deuxième grève de la faim, d’une deuxième conscience insurgée, de quelqu’un d’une autre ville, qu’elle ne connait aucunement, doit pourtant être considéré comme extrêmement signifiant – et encore plus signifiante, si possible, la franche tentative de désinformation à son égard que l’on peut constater ici.]

« Cela bouge, on m’a dit qu’à Paris, Lyon et dans d’autres villes de France, des personnes ont l’intention de mettre en place des actions diverses » explique-t-elle.

Son objectif est simple, l’abrogation des lois françaises qu’elle juge « ségrégationnistes à l’encontre de la communauté rom». Elle dénonce également la politique sécuritaire du chef de l’Etat et les expulsions de Roms qui ont débuté cet été à Saint-Etienne.

Faible mais déterminée, elle assure vouloir aller jusqu’au bout en précisant : « « Je remets ma vie entre les mains de Nicolas Sarkozy » tout en priant Dieu ».

[Source : leprogres.fr]

Depuis le 13 septembre, Nancy, une ancienne aide-soignante de 54 ans, a entamé une grève de la faim, a son domicile de Saint-Etienne, (Loire) pour « défendre jusqu’au bout le respect des droits et de la dignité des citoyens de la communauté rom, notamment en France ».

Jeudi, vers 16 heures, la gréviste de la faim a été admise aux urgences du CHU de Saint-Etienne, son médecin ayant constaté une dégradation de son état de santé, notamment une insuffisance rénale, indique Le Figaro.

La quinquagénaire a indiqué qu’elle poursuivrait son action à l’hôpital et n’accepterait que des perfusions.

Le père de Nancy, d’origine hongroise a été naturalisé français après la Seconde guerre mondiale, rappelle Le Figaro.

Au moment d’entamer sa grève de la faim, cette quinquagénaire a adressé une lettre à Nicolas Sarkozy, pour lui demander
« l’abolition complète de toutes les lois ségrégationnistes françaises, à l’encontre de la communauté Rom, citoyens européens ».

Sa détermination n’a pas fléchi, malgré la maladie. « J’ai perdu 9 kg » a-t-elle confié au Progrès. Mais rien n’arrêtera sa détermination: « Je n’ai pas l’intention d’arrêter mon combat ».

Un groupe de soutien à Nancy a été créé sur Facebook. Il comptait 1200 membre ce vendredi matin.

[Sources : lepost ; Le Figaro, Le Progrès]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :