contrelaxenophobie

Bonne nouvelle: le délibéré du 04 février: pas d’expulsiuon

In Uncategorized on février 2, 2011 at 12:13

Extrait du communiqué de presse de la mairie de Montreuil, le 27 janvier,
veille du procès concernant l’expulsion demandé par la mairie des familles
Rroms
de la rue de Rosny:

« La politique de la ville est claire et repose sur un double aspect : la promotion
d’une véritable politique de solidarité dans laquelle chacun prend ses responsabilités,
mais aussi le refus que se constituent où que ce soit des bidonvilles.

En conséquence elle a fait savoir son opposition résolue à l’occupation du
terrain de la rue de Rosny, qui risquait par ailleurs de s’étendre à toute la zone des
murs à pêches… [ zone immobilière de grand importance pour la ville de Montreuil ]

Sa responsabilité civile et pénale étant engagée en cas de drame, et comme elle
y est d’ailleurs légalement contrainte face à de tels dangers, elle a donc lancé une
procédure visant à y mettre fin. [On expulse toujours des Rroms pour leur propre sécurité]

Parallèlement, elle a entrepris le dégagement par des moyens lourds des
déchets présents sur le site, évalués à ce jour à plusieurs dizaines de tonnes, et cela
pour réduire au maximum les risques de toute nature qu’ils engendrent. [Les familles ont commencées a largement dégagées à la main le terrain]

Afin que les personnes présentes ne soient pas à nouveau plongées dans une
situation d’errance, Dominique Voynet a demandé à l’Etat, dans une lettre adressée
au Préfet, de prendre en charge pour elles la recherche d’un autre terrain.

Lors de l’audience du 28 janvier qui examinera l’affaire, la municipalité
demandera au tribunal qu’il charge l’Etat, co-responsable de leur situation actuelle,
de trouver pour les occupants une solution alternative et durable de stationnement.

Fidèle à ses principes, elle confirmera sa disponibilité pour donner à quelques
familles un délai supplémentaire de maintien dans les lieux, dans le seul cas où une
association montreuilloise en prendrait explicitement la responsabilité, sur la base
d’une convention temporaire à signer avec la ville. »

Nous apprenions par ailleurs que les familles encore présentent sur le terrain, s’étaient attelées au grand nettoyage du terrain, motivées par des associations, comme un gage de leur « bonne conduite »et de leur volonté à rester là… Rappelons que le retrait des ordures ménagères incombe aux municipalités.

Le 04 février, le tribunal a refusé d’expulser les familles. Et certaines associations discuteraient donc d’une convention temporaire avec la mairie, comme annoncé dans son communiqué de presse. Espéront que ce projet puisse voir le jour après une si longue bataille… On ne peut que leur souhaiter bonne chance et bon courage,  tout en n’oubliant pas les familles qui apeurées par les pratiques municipales et préfectorales seront parties avant, sans bénéficier de ce généreux projet.

A suivre.

Collectif contre la xénophobie d’Etat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :