contrelaxenophobie

Hier soir, la maison des Roms a brûlé, ce matin déjà 45 personnes à la rue

In Uncategorized on octobre 25, 2011 at 12:08

A neuf heures du matin, quarante cinq rroms ont été « virés » de l’hôtel où ils avaient été transportés pour quelques heures !

Les habitants ne savent pas où aller.

 

A 21h30 lundi soir, le feu s’est propagé à deux endroits en même temps. Les habitants ont vu des personnes sur le toit jetant des bouteilles d’essence.

Il n’y a eu, par chance, aucune victime sérieuse. Un monsieur a tout de même été envoyé à l’hôpital, « mais nous avons pu lui parler au téléphone » rassurent les habitants.

Rappelons que les bâtiments où vivaient les familles n’étaient pas déclarés insalubre, puisque l’architecte de la préfecture était passé dès le début de l’occupation et avait fait son rapport, déclarant que le bâtiments du fond, celui qui a entièrement brûlé cette nuit était salubre.

Hier soir, la police formait un cordon de sécurité afin de bloquer le passage des voitures et des piétons de chaque côté de la route, tandis que les habitants de la Baraka et quelques personnes ayant été prévenue aussitôt par les habitants sont restés pendant plus de quatre heures dans un autre « périmètre de sécurité » en plein milieu du dit périmètre de sécurité.

Ils ont ensuite été « mis à l’abris de la pluie » dans le hall de l’immeuble en face du 163. Hall qui s’est vu peu a peu vidé des personnes venues en soutiens, apporter des vêtements chaud. Et, interdit d’accès par la police. Une liste des noms a alors été établi « par famille », au sens parents-enfants.

Un bus est venu les chercher pour les transporter à la salle des fêtes de la mairie où les soutiens des associations qui travaillent avec les habitants n’ont été pas été accepté pour les accompagner, pas même leur traducteur, seul l’éducateur de l’association Harissa sauce blanche qui s’est occupé en particulier de la scolarisation des enfants de la Baraka a été « réquisitionné » pour aidé a formé les groupes par famille.

La police a fait dégagé physiquement les associations qui s’inquiétaient que tous soient pris en charge. Une femme, grand mère d’un petit enfant qui vit à la baraka, a eu du mal a faire monter le petit dans le deuxième bus. La police lui refusant l’accès parce qu’elle même ne vivait pas là.

Alors que des véhicules avaient été sortis de la baraka pendant l’incendie et devaient être bien garé pour ne pas être embarqué par la fourrière, la police très zélée a procédé a des contrôles de papiers des véhicules ne tenant pas compte du fait que toutes les affaires des habitants ont brûlées.

A trois heures du matin la plus part des habitants ont été déposés dans des hôtels de la ville, une dernière quinzaine a refusé d’être transporter dans le 91 et sont resté dans la salle des fêtes.

«  On nous a demandé nos dates de naissances » précise un jeune homme de Baraka, qui ne comprend pas pourquoi.

 

A neuf heures du matin, quarante cinq rroms ont été « virés » de l’hôtel où ils avaient été transportés pour quelques heures !

Ils sont revenus devant la Baraka, espérant retrouver des affaires, mais l’accès ne leur pas été autorisé compte tenu que des foyers étaient encore tenace.

Des tracto-pelle ont alors tout déblayés.

Les habitants ne savent pas où aller.

Nous mettrons d’aures informations au fur et a mesure.

 

Collectif contre la xénophobie.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :