contrelaxenophobie

Archive for décembre 2012|Monthly archive page

Extrait de Carnets de Route de Matteo Maximoff, sur ce qu’on appelle aujourd »hui « évacuation d’un campement illicite de roms »

In Uncategorized on décembre 8, 2012 at 15:27

Fin Avril ( …) une importante manifestation de soutien à notre communauté se déroule au lieu-dit « La Boissière » sur la Commune de Rosny-sous bois. cela se passe sur un terrain vague appartenant à l’armée. En voici la raison : La Caisse des dépots et Consignations a acheté ce terrain au Domaine et a obtenu le permis de construire quatre grandes tours pour loger trois a quatre mille personnes. les bulldozers sont arrivés sans prévenir, ont pénétré sur les lieux encore occupés par les Tsiganes et ont détruit les baraques et les véhicules particuliers en blessant au passage une petite fille de six ans. L’irruption a eu lieu sans avis d’expulsion préalable et sans avoir prévu de relogement éventuel.

cette décision a été prise au mépris des occupants, hommes, femmes et de nombreux enfants. la liquidation a été entreprise sans aucun souci de l’ampleur du drame humain qu’elle provoque.

Absurde et horrible attitude de certains responsables immobiliers présents sur le terrain, qui sans pudeur, observent matériels de cuisine, mobiliers, papiers d’identité, vêtements, souvenirs personnels, broyés puis brûlés sous les yeux de leurs propriétaires impuissants. dans l’affolement général, aucun réflexes de défense. Les familles sont restées clouées sur place, effondrées devant ce désastre. ( 1967)

Mateo Maximoff, Carnets de route p231.

Cet extrait du livre de Mateo Maximoff, écrivain tsigane Montreuillois, se réfère a l’année 1967. Tiré du Carnets de Route mis en livre par Gerard Gartner, ce livre retrace la vie des roms des portes de Paris à travers les notes de carnets de l’écrivain rom en langue française, une mine d’information historique.

Visite de Valls à Montreuil …

In Uncategorized on décembre 8, 2012 at 13:47
Dans l'article ci-dessous, Valls explique deux choses 
contradictoires :conscient que les aides aux retours ne 
servent pas a chasser "les indésirables", qui après avoir
visiter leur familles reviennent aux portes de sa ville, 
aux portes de sa maison. Supprimer les aides aux retours 
devient alors une raison économique pour un état en pleine 
crise.
Oui mais par contre il persiste a vouloir "évacuer" les 
campements illicites...Même si cela est dénoncé vivement par
 Amnesty international...et la communauté européenne.

Alors que compte il faire pour ces familles vivant là depuis 
plusieurs années avec d'incessants harcèlements et allés retours ? 
Pourquoi continuer a cultiver un double langage ?
Les occupants de la friche de Montreuil ont été chassés
combien de fois déjà ?
Le mois dernier la police a délivré des OQTF en nombre 
( obligations a quitter le territoire français).Madame Voynet 
a tout fait pour s'en débarrasser, la préfecture 
aussijusqu'à leur interdire les trottoirs de la ville on s'en
souvient... 

Par ailleurs madame le maire était invitée a trinquer avec 
d'autres familles qui fêtaient un prix européen reçu pour 
l'installation d'un gîte sur leur terrain, pour eux aussi elle 
avait tout tenter pour les faire partir, effort perdu devant 
la justice ! Heureusement car aujourd'hui soutenus par des 
habitants, ils ont monté une association Ecodrom et réalisent 
un travail incessant pour leur bonne "intégration"au sein de 
la commune et développent des projets économique culturels et 
sociaux originaux qui portent rapidement leur fruits... 
Et cela en dehors d'une prise en charge contraignante et coûteuse
 des pouvoirs publics qui sert surtout de contrôle social sans 
limites comme dans le cas des "villages d'insertions".

Dire que "le problème c'est la misère" tout en donnant ordre de 
raser les habitats précaires des pauvres en les mettant tout 
simplement à la rue, cela durera combien de temps ?

MONTREUIL (Seine-Saint-Denis), 07 déc 2012 (AFP) - 
Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il avait 
"décidé de mettre fin à l'aide au retour" offerte aux
Roms qui acceptent de rentrer dans leur pays d'origine.
    "Les ONG comme les associations, ici ou là-bas, considèrent 
qu'elle a des effets pervers. Nous allons changer un dispositif 
inopérant", a déclaré sans donner de calendrier précis le 
ministre de l'Intérieur à l'occasion d'un déplacement à Montreuil 
(Seine-Saint-Denis).
    Cette aide "crée un circuit entre la Roumanie et notre pays",
 a ajouté M.Valls, qui avait déjà dénoncé en septembre les 
"effets pervers" du dispositif,jugé coûteux et inopérant 
par de nombreux acteurs.
    Selon les associations, la population rom en France --15 à 
20.000 personnes-- reste constante car les expulsés reviennent 
systématiquement.
    Cette aide financière au retour volontaire dans leur pays 
d'origine (300euros par adulte et 100 euros par enfant mineur) 
est versée aux étrangers ayant la nationalité d'un État membre 
de l'UE, comme les Roms, présents en France depuis plus de trois
mois et en situation de grande précarité, qu'ils soient en 
situation irrégulière ou non.
    L'an dernier, plus de 10.600 personnes en ont bénéficié, 
dont 2.000enfants, selon l'Office français de l'immigration et 
de l'intégration (Ofii).
    Le ministre a martelé sa stratégie sur la question rom: 
poursuite des évacuations de campements illégaux, aide aux projets
d'insertion et travail au niveau des pays d'origine.
    Il faut "sortir de la stigmatisation" sur la question rom, 
"ne pas les utiliser comme punching-ball", a-t-il déclaré, en 
appelant l'ensemble des acteurs à "chercher des solutions avec
une palette très large."

    Évacuations des campements sauvages
    A Montreuil, il a visité un bloc de "logements-passerelles", 
des conteneurs colorés où vivent 11 familles roms en attente d'un 
logement pérenne et où elles bénéficient d'un accompagnement social.
    Dans un de ces logements, il a échangé avec un père de famille 
dont les enfants sont scolarisés et qui a un travail. Cet homme a 
assuré ne pas avoir de problèmes de voisinage.
    "Ça prouve que, quand il y a de la dignité, les choses se 
passent bien. 
Le problème, c'est la misère", a commenté M. Valls, justifiant
ainsi le maintien des évacuations de campements illicites.
    "Nous n'accepterons jamais les campements sauvages qui 
mettent en cause le vivre-ensemble", a-t-il déclaré, tout en 
soutenant les initiatives d'insertion "sur de petites unités".
    Les évacuations de camps roms, qui ont jeté au moins 2.000 
personnes sur les routes cet été selon les associations, avaient
fait grincer des dents jusque dans les rangs de la majorité et 
ont valu à la France d'être épinglée par Amnesty International.
    La maire de Montreuil Dominique Voynet (EELV) est allée dans 
son sens. "Les installations sauvages mettent en péril notre
travail et submergent les services de la ville", a-t-elle déclaré.
    Profitant du déplacement du ministre, elle lui a montré un
de ces camps,installés sur un terrain en friche. 
"Si le ministre de l'Intérieur prend une décision 
(pour en expulser les roms), je serai la dernière à m'en plaindre",
a-t-elle dit.
    Mais elle a demandé un effort plus important pour faciliter 
l'accès au marché du travail à ces populations, qui restent soumises 
à un régime dérogatoire pour les citoyens de l'UE, malgré un 
assouplissement à la fin de l'été.
    Dans un petit une-pièce, une jeune mère se disait "heureuse" 
d'avoir un chez-soi mais ajoutait : 
"je veux travailler avec un contrat comme tous les autres. 
Si le ministre veut nous aider, il doit nous donner les papiers."
    chp/ger/sd