contrelaxenophobie

Archive for mars 2013|Monthly archive page

Pas de trêve à Vigneux

In Uncategorized on mars 14, 2013 at 18:39

Une expulsion de plus… Dans ces jours  » d’épisodes neigeux » on peut se féliciter que la ministre du logement ait pu repousser la trêve hivernale pour les locataires qui ne peuvent plus payer leur loyer. Cette trêve ne s’applique pas aujourd’hui pour un campement de fortune…

Ci-dessous le témoignage de Claude présent sur les lieux ainsi qu’une vidéo de Christian Ionescu. « Nous étions sur place à Vigneux avec Marie-France Rivasseau, Robi et moi vers 6h30 hier matin et nous avons assisté aux expulsions ; nous ne commenterons pas cette horreur maintenant terriblement ordinaire, regardez la vidéo ci-jointe de Christian. Sachez seulement que ces scènes étaient insupportables à de vieux militants pourtant aguerris. Ne parlons plus de la France comme pays des droits de l’homme. Mais surtout sachons qu’elle avait ce 11 mars le visage de cette policière rencontrée hier aux aurores: encore plus agressive que ses collègues masculins, aboyant, ameutant ses hommes, elle poussait rageusement sans vague à l’âme, hors de leur logis, une jeune femme et son petit enfant, pressée qu’elle était, de le détruire et de les expulser ! La Croix Rouge était là. Des jeunes gens bien propres sur eux, agréables à regarder. Mais pourquoi étaient-ils là ? Pas un moment ils n’ont donné la main à un enfant, aidé à porter un bagage, empêché de tomber dans la boue, partagé un café. Leur mission les en empêchait-elle ? Quelle était-elle au juste ? Nous sommes restés toute la journée après l’expulsion à la Maison des Solidarités de Draveil avec les familles expulsées. Au départ la Croix Rouge proposait de reloger quelques nuitées les hommes d’un côté à Etampes et les femmes et enfants de l’autre à Corbeil. Les familles ont refusé d’être séparées et nous les avons véhiculées avec leurs bagages jusqu’à la Maison des Solidarités. Là il n’était tout d’abord question que de s’occuper de reloger (pour une semaine !) les femmes avec des enfants de moins de trois ans. Finalement devant la présence des familles et notre insistance -nous sommes restés toute la journée- , toutes ont obtenu au moins une semaine de nuitées ; oui, c’est dérisoire surtout quand on lève le nez et voit le temps hivernal qu’il fait aujourd’hui. Mais pour certains peut être sera-t-il possible de la renouveler, nous ont dit les assistantes sociales( à suivre de près cette semaine). La famille dont les cinq enfants sont scolarisés a été traitée en dernier et envoyée dans un hôtel vraiment minable de Malakoff mais elle a un rendez-vous jeudi au SIAO pour que sa situation soit examinée, un dossier va être réalisé afin que la famille soit rapprochée et les enfants puissent faire leur rentrée lundi prochain comme leurs camarades. (Mais avec quelles vacances ! ) Finalement, ça c’est tout de même positif si cela ne reste pas lettre morte. Par rapport à l’hôtel nous remarquerons que la famille compte sept personnes donc que nous nous attendions à trouver sept couchages et que c’est pour cela que cette situation avait été réglée en dernier. Mais que nenni ! Il n’y avait que six couchages dans une seule pièce. Le patron de l’hôtel à qui je faisais la remarque, répondant qu’un des enfants -ils sont trois garçons en primaire et deux jeunes filles vont être en collège- pouvait dormir avec leurs parents ! Mais combien facture-t-il de couchages au Conseil général de l’Essonne ? A ses réponses globalement dérisoires face à de telles détresses, enfants et parents serrent les dents et font face avec dignité. On sentait chez la police une grande brutalité la plupart du temps contenue, grâce, je crois, à notre présence. A part quand même quand un policier a donné un coup de pied dans une valise qu’il a fait dévaler dans la boue et a vraiment agressé Elisabeth.

Bien à vous

 » Claude

UNE VIDEO DE CHRISTIAN IONASCU DE L’ASEFRR sur l’expulsion des familles ROMS DU11 MARS 2013 http://www.youtube.com/watch?v=DdoS2Sd4v_8