contrelaxenophobie

Le livre du PEROU est en librairie: « Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir. »Sur l’art municipal de détruire un bidonville.

In Revue de presse on mars 25, 2014 at 14:38

LE PEROU continue a oeuvré sur le terrain de Grigny, où des familles expulsées du bidonville de Ris-Orangis se sont réinstallées. Par ailleurs un projet de « base de vie » pour quelques famille d el’ancien terrain de Ris-Orngis a été validé et l’aménagement de cette base de vie voit enfin le jour. Vous pouvez participer les week end a son aménagement . pour cela visiter le site du journal de l’Ambassade du PEROU.

l’association:

Association loi 1901 fondée en octobre 2012 et présidée par le paysagiste et écrivain Gilles Clément, le Pôle d’exploration des ressources urbaines (PEROU) est un laboratoire de recherche-action sur la ville hostile, conçu pour faire s’articuler action sociale et action architecturale en réponse au péril alentour, et renouveler ainsi savoirs et savoir-faire sur la question. S’en référant aux droits fondamentaux européens de la personne et au « droit à la ville » qui en découle, le PEROU se veut un outil au service de la multitude d’indésirables, communément comptabilisés comme cas sociaux voire ethniques, mais jamais considérés comme habitants à part entière. Fondateur et directeur du PEROU, Sébastien Thiéry enseigne à l’EnsdadLab (Ensad Paris) et à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais et à celle de Versailles ; il est membre du comité pédagogique de l’École des Arts Politiques (Sciences Po Paris), et cofondateur de l’Université Foraine.

Le livre:

Le 29 mars dernier, le Maire de Ris-Orangis signait l’Arrêté municipal n° 2013/147 qui allait faire se précipiter trois jours plus tard les pelleteuses sur le bidonville dit de la « Nationale 7 », renommé par nos soins « Place de l’Ambassade ». Le 14 mars 2014, soit moins d’un an plus tard, nous publions Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir, ouvrage dans lequel, in extenso, est reproduit cet arrêté. Ainsi s’agit-il de rendre public un acte nous engageant collectivement, puisque signé par un élu de la République. Ainsi s’agit-il de donner ce texte de 8 pages à lire, à scruter, à comprendre autant que faire se peut, exercice démocratique fondamental puisqu’il s’agit bien de saisir ce qui s’énonce en notre nom. Tel exercice nécessite, par définition, culture de la plurivocité en opposition à ce que ce texte porte de sens unique. Nous avons alors adressé cet Arrêté municipal à trente auteurs en leur proposant de le « traduire » dans leur propre langue. Le résultat est peu commun : philosophes, architectes, poètes, artistes, traducteurs, et autres metteurs en scène brisent l’édifice, et l’ouvrent à une prise multiple, joyeuse, rageuse, sensible, ou encore clinique. Le résultat est peu commun : ce texte a priori conçu pour ne pas être lu nous apparaît, à la force des 320 pages qui composent cet ouvrage manifeste, comme monument de notre misère politique contemporaine, condensé de tous nos abandons. Telle lecture produit alors comme un appel à toutes les ripostes non seulement possibles mais nécessaires.

vol_considerantweb-7ca4b

 

Les nombreux contributeurs:

Jean-Christophe Bailly, écrivain – Étienne Balibar, philosophe – Stéphane Bérard, artiste – Chloé Bodart, architecte – Patrick Bouchain, architecte – Robert Cantarella, metteur en scène – Charlotte Cauwer, architecte – Hélène Cixous, écrivain – Julien Choppin, architecte – Gilles Clément, paysagiste – Margot Crayssac, architecte – Jean-Paul Curnier, philosophe – François Cusset, philosophe – Nicola Delon, architecte – Valérie De Saint-Do, journaliste – Jac Fol, philosophe – Jean-Michel Frodon, critique – Didier Galas, metteur en scène – Édith Hallauer, chercheuse – Cyrille Hanappe, architecte – Loïc Julienne, architecte – Isabelle Lassignardie, poète – Franck Leibovici, poète – Ronan Letourneur, metteur en scène – Francis Marmande, écrivain – Béatrice Mesini, géographe – Richard Sabatier, architecte – Merril Sinéus, architecte – Ramona Strachinaru, médiatrice – Michel Surya, philosophe – Aude Tincelin, photographe -Jean Torrent, traducteur.

chez POST Editions

 

 

 

Visionner le film de Sébastien Thiéry (PEROU) :

« Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir » : http://www.post-editions.fr/considerant.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :