contrelaxenophobie

Archive for février 2015|Monthly archive page

Camp de roms attaqué de nuit par des hommes armés: les policiers de la BAC tirent sur les victimes

In Revue de presse on février 10, 2015 at 16:22

Quelque chose de grave

Quelque chose de grave vient d’avoir lieu en France. Une étape supplémentaire dans la banalisation d’un racisme d’État. Un ami vient m’a écrit dans la nuit pour m’en alerter, et, bien sûr, je veux relayer son alerte. Qu’ici et ailleurs les écrivains, poètes ou romanciers, journalistes ou blogueurs donnent à leur tour un écho à ce que vit le peuple R

rom aujourd’hui, en France et en Europe. Nous devons raconter. Nous devons témoigner. Je reprends les mots de Philippe Lagatie, ami de longue date avec des familles rroms établies sur le campement qui a subi l’agression policière :

 

Dimanche 8 février 2015, quatre agents de la BAC (Brigade Anti-Criminelle) sont intervenus sur le camp rrom de Quatre-Cantons, près de Lille. Il faisait nuit, il était près de 22 heures et tout était calme sur le campement. Pas d’uniformes ni de brassards, voiture banalisée, les agents ont immédiatement gazé les habitants du camp qui s’approchaient, inquiets d’une telle intervention.

Un témoin raconte : « Ils avaient l’air ivres ou drogués, ils sont tombé deux fois dans les remblais tout seuls”.
Sans raison ni explication, ils ont agressés plusieurs personnes. Essentiellement des enfants. Des adultes les ont chassés du camps, les repoussant de manière pacifique, autant que possible, de manière à protéger les enfants. Les policiers ont dégainé et tiré des coups de feu en l’air. Une grenade lacrymogène à été lancée dont les émanations ont brûlé les yeux des enfants.

Des renforts ont été appelés. À peine arrivés sur place, des agents de police en uniforme ont engueulé leur collègues pour leur comportement injustifié.

Un enfant a été étranglé, une personne blessée aux yeux : deux plaies causées par une grenade lacrymogène. Des familles sont sous le choc,  les yeux brulés par le gaz.

Aucune interpellation, aucune arrestation n’a eu lieu.

Le lendemain matin, on ignore toujours la raison de l’intervention.
Anna Maria, l’une des médiatrices du campement qui est aussi une jeune maman, à tenté de parlementer avec les fonctionnaires de police. Elle a été insultée et molestée par les agents.

Source d’information : Secret Lazar , médiateur Rom,  07.55.27.63.73.

Philippe Lagatie

 

Ce matin, lundi 9 février à 9H30, témoignage de Philippe Lagatie :
« Je reviens du camp ce matin, ou j’ai été soutenir mes amis, leur apporter mon réconfort, m’assurer que les enfants allaient bien, en compagnie de Pat Bardet.

La petite Maria, six ans a eu son manteau déchiré par un policier sur 15 centimètre du bas vers le haut, le manteau ferme quand même, mais l’intérieur, le rembourage s’en va par la déchirure. Elle était venue dimanche après midi chez moi, son manteau était alors en parfait état.
Les enfants, qui m’ont invité à partager avec eux quelques graines de tournesol passées à la poêle, en guise de petit déjeuner, m’ont dit « que les policiers ont jeté une bombe qui a fait du feu et puis boum », probablement une grenade de gaz ?

Les adultes sont choqués de cette violence et n’ont pas dormi de la nuit.

Les responsables de la communauté ont été contactés par l’AFP, une enquête est en cours, une action envisagée.

Les adultes qui ont souvent des rapports courtois avec la police à qui, il arrive c’est vrai, d’aller au camp, ont été surpris de cette manière inhabituelle et ultra violente d’agir, surtout sans se présenter ni demander quoi que ce soit. Ils ont gazé de suite.

Les francophones ont aussi été très choqués des tombereaux d’insultes racistes proférées par les fonctionnaires de police.

Aucune personne convoquée au commissariat, aucune personne arrêtée, on ne sait toujours pas pourquoi ils sont venus, et l’AFP pour l’instant n’a pas encore d’informations supplémentaires.

La Ligue des droit de l’homme à été informée, tant à Paris qu’à Lille. Le service juridique de la LDH va saisir le procureur.

Des photos ont été prises par l’équipe de l’intercollectif rom 59-62 arrivés juste aprés les faits. Elles seront diffusée ultérieurement.

Un enfant a bien été étranglé par un policier, mais il va bien, malgré les traces de strangulation

L’adulte blessé, M. D, a deux petites plaies à l’œil droit une sur l’arcade sourcilière et une en haut de la pommette, causée par « la bombe lacrymogène ».